Abonnement | Connexion

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Coup d’envoi des soldes d’hiver, ramenés à quatre semaines

7/01/2020 | SOCIAL & JURIDIQUE | La rédaction de Profession bien-être

 

Les soldes d'hiver débutent ce mercredi, avec des produits au rabais vendus jusqu'au 4 février inclus dans les boutiques et sur le Net. Particularité : l’événement commercial ne dure, cette année, que quatre semaines, contre six auparavant, en vertu de l'application de la loi Pacte.  

Comme inscrit désormais dans la loi Pacte, leur durée a été réduite «à la demande des commerçants et des artisans pour que la période soit plus intense», a rappelé la secrétaire d'Etat à l'Economie Agnès Pannier-Runacher. Ils se termineront donc le 4 février, sachant qu'ils ont débuté dès le 2 janvier dans certains départements limitrophes et en Outre-mer (voir plus bas), selon les dérogations traditionnelles.

Contrairement aux autres périodes de promotions commerciales (Ventes privées, Black Friday...), les soldes sont les seuls moments où les commerçants peuvent vendre à perte. C’est pourquoi, cette année encore, 80% des Français assurent qu'ils feront les soldes, pour un panier moyen de 193 euros, «un budget équivalent à celui de l'hiver dernier à 2 euros près», selon les résultats d'un sondage réalisé par l'institut Ifop pour le site de vente de chaussures Spartoo.

Malgré les grèves dans les transports, notamment parisiens, «58% des consommateurs français affirment que le contexte de mouvements sociaux actuel n'aura pas d'impact sur leurs achats, et 2% (y) consacreront même un budget plus élevé». Néanmoins, «20% des Français interrogés entendent renoncer aux soldes, un pourcentage qui reste élevé» et s'explique en bonne partie par la multiplication des périodes promotionnelles toute l'année et une tendance globale à la déconsommation.

«Même si cet évènement est désormais concurrencé et donc moins puissant - c'est pour cela qu'il fallait le réviser - il reste pour autant inscrit dans le calendrier de dépenses des Français», a déclaré à l'AFP Yves Marin, expert en distribution au sein du cabinet Bartle. Pour les commerçants, l'enjeu est effectivement de taille : «les soldes d'hiver et d'été représentent 30% des volumes des ventes annuelles dans l'habillement, c'est plus important que Noël», selon Yohann Petiot, le directeur général de l'Alliance du commerce.

«Nos adhérents sont (donc) très inquiets», ajoute-t-il, les tendances restant négatives ces jours-ci, avec des pertes d'activité importantes à Paris et dans les grandes villes, «de l'ordre de -25 à -30% en moyenne». A Paris, selon Emmanuel Le Roch, délégué général de Procos, la Fédération du commerce spécialisé qui représente 260 enseignes, «on était (plutôt) sur des baisses de chiffre d'affaires de 18% en moyenne au 29 décembre».

Des dates différentes à l’Est et en Outre-mer

Comme chaque année, certains départements bénéficient de dérogations. En Meurthe-et-Moselle, dans la Meuse, en Moselle et dans les Vosges, les soldes d'hiver ont été avancées d'une semaine par rapport à la période nationale : du jeudi 2 janvier au mercredi 29 janvier inclus. 

Les départements d'Outre-mer ont aussi des dates différentes : du mercredi 1er janvier au mardi 28 janvier pour la Guyane, du samedi 4 janvier au vendredi 31 janvier pour la Guadeloupe, du mercredi 22 janvier au mardi 18 février pour Saint-Pierre-et-Miquelon et du samedi 2 mai au vendredi 29 mai pour Saint-Martin/Saint-Barthélemy.

Enfin, un petit rappel : pour les ventes en ligne ou à distance (e-commerce), les dates des soldes sont alignées sur les dates nationales du commerce traditionnel, quel que soit le lieu du siège de l'entreprise.

Avec l’AFP. 

Le site www.professionbienetre.com et les newsletters en accès illimité.

Retrouvez l'actualité en continu du secteur de la beauté et du bien-être. Chaque matin, la newsletter quotidienne vous alerte des principaux faits de votre secteur.

>> Inscription à la newsletter gratuite